Aller au contenu
Cluster Ville Durable

Quentin Martin-Laval – créateur de start-up

La force de l’entrepreneur c’est d’avoir ses propres convictions et de ne pas faire comme tout le monde !

PARCOURS

Moi c’est Quentin, je suis ingénieur de formation ! J’ai fait Polytechnique et l’École des Ponts et Chaussées. J’ai toujours su que je voulais créer. J’ai fait un stage dans l’armée dans la construction, et je me suis ainsi orienté au début dans la conception des routes. Pendant mes études à l’école des Ponts J’ai commencé à le développer un projet de recherche avec un groupe de copain qui est devenu ECHY.

LE DECLIC

ECHY était un projet étudiant sans ambition ! Le thème était de faire un truc scientifique et on s’est intéressé aux bâtiments durables. Nous avons réfléchi à ce que nous pouvions apporter à la maison idéale écologique du futur. Nous avons eu l’idée d’apporter la lumière naturelle dans les maisons, grâce à la fibre optique. Nos recherches et le développement de cette technologie a durée deux ans. Lors d’un concours scolaire, nous avons été primés et nous avons reçu une bourse de 15.000 euros pour aller plus loin. A ce moment, nous n’avions toujours pas la vocation de développer une start-up. Nous gérions ce projet avec passion, comme d’autres font du sport ou d’autres activités extra-scolaires.
Le déclic entrepreneurial est arrivée tard, une fois que nous avions la main dans l’engrange avec nos réussites aux concours, mais le véritable déclencheur a été la fin de nos études. On a décidé de faire de notre premier job, la création de notre boîte. Nous avons eu beaucoup de chance, puisque contrairement à la plupart des étudiants qui veulent entreprendre, nous avions déjà le projet et les idées. Pour les étudiants, c’est la voie royale pour monter une start-up.

LA TECHNOLOGIE

Notre technologie permet de valoriser les espaces clients qui manquent de lumière, en introduisant la lumière dans les bâtiments, grâce à des collecteurs solaires et la fibre optique.
Notre solution est ainsi destinée au marché du bâtiment de la conception, à la rénovation à la modification d’immeubles existant. Nos clients sont tous les promoteurs et les sociétés foncières de tous secteurs confondus et les architectes sont nos prescripteurs.

L’ÉVOLUTION

La première grande étape d’ECHY a été en février 2012, lorsque nous avons rejoint l’Incubateur Descartes. C’est le moment où nous sommes passés du projet étudiant à une véritable start-ups. Nous étions plus que 2 du projet initial, avec des profils de développeur technologique et nous avons décidé de chercher un autre collaborateur avec une vision plus business. On a eu de la chance de tomber sur notre troisième collaboratrice, qui avait beaucoup d’expérience derrière elle dans ce domaine.
A ce moment, nous avions seulement une preuve de concept, l’étape suivante a donc été de sortir une technologie, avec un prototype et un pilote pour le tester sur le marché et trouver d’avantage de financeurs. Cette étape nous a pris un an.
Par la suite, nous avons encore mis un an à tester le marché et à fusionner notre technologie aux besoins du marché.

OBSTACLES SURMONTES

  1. Un obstacle que nous avons surmonté et que nous continuons à surmonter est notre crédibilité sur le marché. En effet, nous sommes des étudiants, un nouvel acteur dans le secteur du logement durable, avec une nouvelle technologie complexe. Notre crédibilité est souvent mise en doute par l’industrie du bâtiment qui n’a pas l’habitude des innovations. Nous devons ainsi faire une campagne d’évangélisation (sensibilisation) des différents acteurs afin de démocratiser notre technologie. Et ça paie, nous avons réussi à avoir Carrefour comme client !
  2. Un autre obstacle que nous avons surmonté est d’apprendre à savoir communiquer avec les différents organismes de levée de fonds et de subventions publics et privés. C’est un savoir-faire à acquérir que l’Incubateur Descartes nous a permis d’apprendre plus facilement !
  3. Professionnaliser notre façon de travailler a été un véritable challenge, afin d’optimiser notre temps de travail, notre productivité et rester au taquet même quand nous n’avons pas de clients. L’Incubateur nous a énormément à structurer notre travail et notre vision grâce à des rendez-vous mensuels et des jalons imposés.
  4. Un obstacle qu’on sous-estime beaucoup, c’est le recrutement. Recruter prend 6 mois, il faut ainsi anticiper ses besoins 6 mois à l’avance et motiver les candidats à venir dans une petite start-up avec peu de budget. La solution que nous avons trouvée est d’embaucher les étudiants à la suite de leur stage de fin d’étude et aujourd’hui nous employons 10 personnes.

AUJOURD’HUI

Nous commençons à commercialiser nos produits. Nous avons actuellement un contrat avec Carrefour et recherchons nos premiers clients à l’international. Nous sortons également la version 2 de nos produits.

PERSPECTIVES

Notre technologie étant une nouvelle réponse aux problématiques ville-durable, nous voulons que notre solution devienne aussi universelle que celle des panneaux solaires en France et à l’international.

LE MESSAGE AUX FUTURS ENTREPRENEURS

  1. Trouver la bonne équipe et le plus tôt possible ! La force d’ECHY, c est d’avoir trouvé une équipe équilibrée, surtout qu’aujourd’hui nous nous rencontrons que la cohésion de la direction est très importante en terme de management et de vision.
  2. Ecouter les conseils et rester authentique ! Tu dois tous écouter, tu dois tout comprendre, mais ensuite c’est toi qui risque ta vie, tu dois prendre tes propres décisions. Si tu montes une start-ups qui n’existe pas, aucun expert n’existe. L’expert, c’est toi ! Si une personne se présente comme un expert, il a forcément tort, puisque si justement il était le spécialiste il aurait déjà réalisé et réussi ce que tu entreprends La force de l’entrepreneur c’est d’avoir ses propres convictions et de ne pas faire comme tout le monde !
    Il faut également ne pas oublier que nous avons le plus beau pays du monde, en particulier concernant l’innovation ! Il existe pleins de dispositifs et d’aides pour aider les start-ups innovantes, en particulier quand nous avons qu’en générale le premier client des start-ups innovantes est l’Etat.
Haut de page