Aller au contenu
Cluster Ville Durable

Publié le 12 décembre 2018

Un enjeu majeur pour les SATT : resserrer les liens avec les acteurs locaux.

Si le bilan des Satt en 2018 est “encourageant” – 2 488 brevets prioritaires déposés, 320 start-ups créées, … – le passage du laboratoire au marché est encore délicat. Pour l’accélérer, il est nécessaire d’améliorer les échanges avec les acteurs locaux.

C’est l’objet de la convention de partenariat signée par le réseau des Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologies (SATT) et la Conférence des présidents d’université (CPU), le 16 novembre dernier au Centquatre-Paris lors de la Convention nationale des SATT. D’ailleurs, Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, a souligné “la nécessité pour les SATT de resserrer les liens avec les acteurs locaux et de développer une vision commune, sans rivalité interne, en tenant compte des caractéristiques locales.

Favoriser les échanges d’informations entre les Satt et la CPU

La convention de partenariat qu’ont signée Philippe Nérin, président du réseau SATT, et Gilles Roussel, président de la CPU et président de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM), Université de la Cité Descartes, entend donc accélérer le passage “du labo au marché” et “du chercheur à l’entrepreneur“. Ainsi, les deux associations formalisent les modalités de partage d’information et leurs engagements réciproques en vue de faire progresser l’intégration des Sociétés d’Accélération dans l’espace universitaire. Cela va se traduire notamment par plusieurs actions, articulées autour de trois axes :

  • La diffusion ciblée d’informations qualifiées entre la CPU et le réseau SATT,
  • Le partage de compétences sur les projets – mise à disposition réciproque d’expertises,
  • Le renforcement de la dynamique collective par le biais d’événements et manifestations conjointes.

Ce, toujours dans une logique de création de valeur économique.

Accompagner les chercheurs vers le marché

Les actions communes qui seront lancées grâce à cette convention de partenariat aideront encore d’avantage les chercheurs et enseignants-chercheurs à utiliser les SATT pour valoriser leurs travaux et les rendre commercialement pertinents. Ainsi, selon Philippe Nérin, les “actions de maturation et de valorisation viendront à la fois contribuer à la compétitivité des entreprises françaises, et accompagner les chercheurs et enseignants-chercheurs qui auraient envie de sauter le pas de l’entrepreneuriat“.

Pour mémoire, en juillet 2018 le réseau des SATT avait détecté et analysé plus de 10 700 projets innovants, contribué au dépôt d’environ 2 500 brevets prioritaires, à la création de 320 start-ups créées et à la signature 760 licences d’exploitation avec des entreprises. Ce, depuis ses débuts en 2012. Au total, les start-ups accompagnées ont levé 285 millions d’euros et créé 1 300 emplois.

Les Satt

Les Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologies sont des sociétés créées par des établissements de recherche publics. Elles ont vocation à regrouper les équipes de valorisation des sites universitaires. Ainsi, 160 établissements de recherche publique ont confié la valorisation de leurs résultats de recherche à l’une des 14 SATT françaises. Cela apporte une simplification importante pour les chercheurs mais aussi les entreprises.

Découvrir les SATT.

La SATT IDFInnov est l’un des acteurs du cluster de la ville durable. Ainsi, elle valorise les résultats, les expertises et les plateformes issus des laboratoires académiques de la Cité Descartes (Marne-la-Vallée), son territoire.

Découvrir IDFInnov.

 

Toute l'actualité
Haut de page